Visite de navires : Retour sur la légende du Queen Mary 2

Visite du navire de croisière – Queen Mary 2

Vous aimez le côté prestigieux des croisières ? Elles vous inspirent et vous font rêver ? Vous adorez en apprendre plus sur les histoires de vedettes mondiales qui ont voyagé sur les océans pour découvrir le monde en croisières ? Oui, eh bien, si vous êtes comme moi, j’adore ! Je vous amène avec moi à bord du légendaire Queen Mary 2.

Au cours du mois d’octobre, j’ai eu le privilège d’en faire la visite lors d’un événement

organisé par la pétillante Émilie Giguère, représentante Cunard (et Princess Cruises) au Québec. Je dois vous avouer que j’ai débuté la visite avec des idées préconçues. Une solide réputation internationale, le top du service personnalisé en passant par l’image vieillotte d’une clientèle bourgeoise et d’une riche décoration à l’anglaise. J’étais prête à toute éventualité. Ça commençait fort comme vous voyez.

Pour chacune de mes visites de navires, je me donne des objectifs, dont un en priorité sur ma liste. Sur le Queen Mary 2, j’avais comme mission de constater si ce navire respirait autant le luxe et la prestance qu’il représentait. Je vous partage les détails de ma journée incluant mes coups de cœur, mes « je ne m’attendais pas à ça » et mon lunch à bord. C’est parfait si vous désirez vivre l’expérience unique de Cunard à bord du Queen Mary 2, car oui, surprise, c’est accessible !

Ça fait rêver ce navire n’est-ce pas ? Saviez-vous que c’est le seul navire construit sous le format transocéanique. Ce qui veut dire qu’il est bâti pour affronter tous les océans et les mers partout sur la planète. Je n’étais pas nerveuse (surtout que j’étais à quai), mais, quand l’on entre sur ce type de navire, une certaine fébrilité s’empare de nous. On se sent vite privilégié d’être à bord. Vous faites partie de l’histoire !

Comment je me suis sentie à bord ? Calme. J’avais le goût de prendre du temps pour moi, d’écrire, de lire installée le long des grandes fenêtres, de décompresser et d’oublier le temps. Bref, j’étais prête à naviguer le monde entier.

Grand lobby

Une fois la sécurité passée, j’entre à bord et c’est wow ! Le premier mot qui me vient à l’esprit est : gigantesque. OK, on a quelque chose de grand ici ! Cette murale dorée au centre du navire donne tout de suite le ton au navire. Vous êtes devant quelque chose d’impressionnant !

Côté service, je ne vous cacherai pas que c’est en anglais que nous avons été servis tout au long de notre visite, peu importe les espaces visités. Toutefois, à constater la diversité culturelle à bord et le personnel très attentif envers les passagers, je suis très à l’aise de vous dire que vous êtes capable de faire une croisière sur le Queen Mary 2 si vous ne maîtrisez pas parfaitement l’anglais. Donc, vous ne pouvez pas utiliser cette excuse, désolée !

Mon premier préjugé est tombé assez vite : la riche décoration à l’anglaise. Les récentes rénovations ont permis d’alléger le tout en apportant de la lumière et en harmonisant les espaces entre eux. Le tapis rouge vif demeure un incontournable, un gentil rappel de la marque Cunard. Les tons de beige, blanc et gris avec des accents de couleur donnent un éclat de jeunesse à mon vieux préjugé, et v’là !

Vue du pont 7 pour une promenade

Une chose qui m’a marquée est la largeur des espaces centraux du navire. Quand l’on se place au milieu dans le sens de la largeur, il y a clairement une plus grande cage d’escalier que tous les navires que j’ai vus. Aussi, de grandes aires bien dégagées vous attendent sur les ponts. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ceux qui sont partis au large depuis son lancement. Des ponts en lattes de bois d’un entretien irréprochable donnent le look d’époque, une envie soudaine de respirer l’air marin et de passer les belles soirées à se promener à la belle étoile.

Le luxe et l’expérience sur le Queen Mary 2, ça ressemble à quoi ?

  • C’est le premier planétarium en mer pourvu d’un grand cinéma où parfois, les films sont encore disponibles en salle seulement
  • C’est l’espace chocolat Godiva. Attention, risque élevé de dépendance chronique !
  • C’est une expérience extraordinaire de thé d’après-midi à l’anglaise
  • C’est un service signature 5 étoiles en gants blancs
  • C’est une fine cuisine élégante
  • C’est une salle à manger digne du Titanic
  • C’est la plus grande salle de bal en mer
  • C’est des petits groupes lors de vos sorties en excursions

Le repas prévu à bord s’est déroulé au superbe buffet : sushis, tataki de thon, roast beef, beaucoup de poissons, des légumes croustillants et des desserts à tomber par terre. Le type de buffet aussi beau à regarder qu’à manger !

On aurait tendance à penser que faire la fête sur le Queen Mary 2 n’est pas possible. Eh bien, il semble que, selon Émilie la représentante, le club soit très populaire quand le soleil est couché. D’ailleurs, notez que Cunard a sa propre marque de Gin à bord. Pour les amateurs de bulles comme moi, rendez-vous au bar à champagne où un partenariat exclusif avec les champagnes Laurent-Perrier saura vous permettre de prendre un apéro comme on les aime. J’ai vérifié sur la carte pour voir si les bouteilles ou les verres sont accessibles. Oui, pareil ! J’ai déjà vu plus cher !

La bibliothèque

Énorme coup de cœur pour la bibliothèque ! Wow, je ne serais jamais sortie de là. On se sent explorateur. Saviez-vous que c’est la plus grande bibliothèque en mer avec une quantité impressionnante de guides de voyages de partout dans le monde ?

Autre coup de cœur, la salle de bal où règne une atmosphère de l’époque des ballrooms. Vous pouvez prendre des cours de danse avec des professeurs si ça vous tente. On a eu le privilège de voir une séance privée de danse. Wow, j’ai eu envie de danser ces grandes danses comme la valse, la salsa, etc. D’ailleurs, cet espace est utilisé pour le thé en après-midi accompagné d’un trio à cordes avec un service gants blancs pour le thé. Malheureusement, le temps a manqué pour vivre cette expérience. Belle consolation, observer la parade des thés, des sandwichs et autres accompagnements donne un bel aperçu de ce moment que je mets sur ma liste Queen Mary 2.

Entrée du restaurant The Verandah

L’espace d’attente juste devant le Steakhouse est absolument digne d’Hollywood. Quel prestige ! J’ai pris des notes pour la décoration de ma maison d’ailleurs. Et que dire du Steakhouse lui-même d’inspiration des années 20 toujours d’Hollywood.

Jusqu’à maintenant, il s’agit du plus bel espace SPA que j’ai vu sur un navire. Jamais je ne serais sortie de là. Avec tous les avantages et les traitements disponibles, ouf, c’est pas facile comme endroit. Il y a même un espace massage Balinais. Là, ça me rejoint encore plus.

Petit truc côté budget : soyez à l’affût de leurs promotions, car vous pourriez économiser gros. Par exemple, j’ai trouvé une croisière de 7 nuits à bord du Queen Mary 2 au début du mois de décembre pour 960 $ CAN par passager en cabine intérieure de New York à Southampton.

Finalement, en espérant que ce résumé de ma journée vous donne envie de faire une croisière à bord du Queen Mary 2. Personnellement, j’ai passé un excellent moment à bord. Je n’ai pas vu passer le temps. Il est autant spectaculaire qu’il en a l’air. Mission accomplie. Ce qui me rejoint, c’est le côté un peu plus protocolaire, car on va être honnête, maintenant, il y a peu d’endroits ou d’événements où un «certain» code vestimentaire doit être respecté. Ça fait partie de l’expérience et du charme de Cunard. J’aime ça être habillée chouette pareil !

C’était ma première expérience avec un navire de la compagnie Cunard. Sans me sentir coupable, c’est officiellement sur ma liste, en famille ou avec mon conjoint. Chéri, nous partons quand déjà ?

Vidéo – Visite de navire – Queen Mary 2

*Toutes les photos ont été prises par Céline lors de la visite.

©Miss Croisières Média

Découvrez aussi

navire_croisiere

Le CDC lève son ordonnance de non-navigation et dévoile le nouveau protocole sous conditions

Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis n’a pas prolongé l’ordonnance d’interdiction des croisières, le fameux « No Sail Order », en vigueur jusqu’au 31 octobre aux États-Unis. En fait, il a plutôt présenté une ordonnance qui permettra une reprise graduelle des croisières, mais sous plusieurs conditions sanitaires et de nombreuses exigences très strictes dans les eaux américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à l'infolettre

Le meilleur de notre contenu écrit et et vidéo, nos promotions, nos événements & ateliers.

La marque de référence indépendante qui donne une voix aux passagers de croisières !