Santorini, l’autre chemin…

L’incontournable île de Santorini figure pratiquement dans tous les itinéraires de croisières en Méditerranée, et avec raison. Bien qu’elle soit régulièrement envahie par de nombreux touristes, comment ai-je pu me retrouver seule à une table d’une minuscule terrasse à siroter tranquillement une bière locale tout en admirant l’un des paysages les plus convoités du monde ? La réponse, la voici. J’ai osé emprunter un autre chemin, le chemin le moins fréquenté.

En escale à Santorini

Vos options

Ce qu’il faut d’abord savoir, c’est que les navires sont en mouillage dans la caldeira de l’archipel de Santorini. Donc, autant que faire se peut, choisissez un itinéraire dont la durée de l’escale vous permettra de profiter de l’endroit le plus longtemps possible.

Le défi du jour, sortir du navire ! Pour y parvenir, quelques options s’offrent à vous. La première est de choisir une excursion organisée par le navire puisque, règle générale, ces excursionnistes auront priorité pour sortir du navire. Note à vous-même, les excursions organisées par le navire utilisent des tenders ou navettes qui vous conduisent vers un quai où se trouvent les bus pour les excursions. Rien à faire sur ce quai. De toute façon, vous n’y auriez pas accès à moins d’acheter une excursion.

L’autre option, obtenir un billet de tender pour rejoindre le port de Fira. Ne vous étonnez pas de voir une très longue file d’intéressés pour obtenir ce fameux billet qui est en fait gratuit. La plupart du temps, on obtient ces billets le jour même sur le navire. À quelques exceptions près, certaines compagnies de croisières permettent d’en faire l’acquisition le jour de l’embarquement. Dans cette situation, il s’agit d’une réservation virtuelle. De plus, si vous occupez une suite à bord, ou encore, si votre statut dans le programme de loyauté de la compagnie de croisières vous le permet, vous obtiendrez le traitement V.I.P. afin de descendre en priorité.

Vue de la falaise

Maintenant sur terre

Après un trajet en tender d’une dizaine de minutes, vous mettrez les pieds à terre dans le port de Fira, aussi appelée Thira ou Théra. Bien que dans ce port minuscule on y trouve deux ou trois tavernes grecques et quelques boutiques, votre intention première est d’atteindre le sommet de la falaise.

Voici quelques façons d’y parvenir :

  1. Prendre le téléphérique (cable car). Cette option nécessite encore de faire la file d’attente pour l’obtention d’un billet. Le prix était de 6 euros pour un aller simple en 2019.
  2. Monter à dos d’âne par ce grand zigzag dessiné à flanc de falaise. Un vieux muletier très typé se tient normalement dans les parages en répétant deux mots en anglais qu’il connaît bien : « six euros ». J’avoue être montée à dos d’âne une fois, probablement inspirée par cette scène jouée par Meryl Streep dans le film Mama Mia. Mon expérience était cependant loin d’être aussi romantique en constatant que les ânes étaient attachés les uns aux autres, sous un soleil de plomb. À peine étais-je descendue de l’âne, presque trop petit pour mon poids, que je me ralliais aux défenseurs de la cause animale. C’est dire à quel point je me suis sentie coupable.
  3. Monter à pied ce même sentier partagé par les marcheurs et les ânes. Environ 589 marches si ça vous dit de les compter. Attention où vous posez les pieds, le dernier souvenir que l’on veut rapporter de Santorini, c’est le caca d’âne !

Puis, il y a cette autre façon de faire pour atteindre le sommet de Fira, en faisant un agréable détour par Oia. Pour ma part, aller sur l’île de Santorini sans se balader à Oia me semblait invraisemblable. Vous savez, ces clichés de dômes bleus et de petites maisons chaulées déposées sur la falaise comme du glaçage à gâteau ? On aura beau dire que ça attire trop de monde, je voulais avoir MA propre photo.

Au port, deux bureaux touristiques proposaient l’offre suivante :

  • Trajet en bateau vers le port d’Oia (environ 15 minutes)
  • Montée en autocar vers le village d’Oia (5 minutes)
  • Temps libre pour profiter d’Oia (le temps qui vous convient, je suggère au moins 2 heures)
  • Trajet en autocar entre Oia et Fira (20 minutes, 12 km). L’horaire de cette navette offre trois à quatre départs.
  • Puis, il ne reste plus qu’à redescendre au port par l’un des moyens suggérés plus haut (et à vos frais pour ce dernier trajet).

Eurêka, je venais de trouver un autre chemin, pour seulement 15 euros (!), payables par carte de crédit ou peut-être même en espèces. Il faut surtout garder notre reçu d’achat que nous devrons présenter aux transporteurs (bateau et bus).

Bière locale sur une terrasse avec une vue à couper le souffle

Je trouvais cette option tellement intéressante que j’aidais le prestataire à trouver des clients, minimum de passagers oblige pour concrétiser ce départ. Je crois qu’il me trouvait un peu étrange en me voyant circuler le long de la file interminable, formée par les gens qui attendaient d’acheter leur billet de téléphérique vers Fira. Je vantais les mérites du produit que je venais de découvrir : « listen to me, listen to me, sir, madam, you want to go to beautiful Oia? ».

Force est de constater que, sortir de la masse pour expérimenter une autre façon de visiter peut paraître déstabilisant. Une quantité innombrable de touristes choisiront de monter à Fira sans aller à Oia. Ne me demandez pas pourquoi.

Au final, si votre escale se fait entre 13 h et 22 h, la plupart des croisiéristes regagnent le navire en fin de journée dans le but d’aller souper à la salle à manger. Alors, un petit conseil, quand 80 % des gens partent dans une direction, soyez assez curieux et confiant puis partez dans l’autre sens pour maximiser votre temps d’escale. Sortez du chemin principal, explorez les dédales, égarez-vous dans les détours, puisque c’est souvent là que se cachent les expériences uniques et les secrets trop bien gardés.

©Francine Caron

Découvrez aussi

OURS-BLANC-2Mer-de-Beaufort-Arctique©StudioPONANT-Laurence-Fischer

PONANT : Au pays des ours polaires en Svalbard

Ponant, la compagnie de croisière française d’expédition de luxe, qui est déjà en opération en Europe, a lancé ses croisières vers l’Arctique le 18 juillet dernier à bord du Boréal.

Wilderness-Adventurer

UnCruise Adventures débute sa saison 2020 en Alaska

Le petit navire de croisière, le Wilderness Adventurer, a repris du service le 1er août dernier pour sa première croisière en Alaska. Partant de la ville de Juneau en direction de Glacier Bay, c’est avec seulement 38 personnes à bord.

Barcelone_rue

Comment savourer pleinement Barcelone lors de votre prochain passage

Lorsque je ferme les yeux et imagine Barcelone, je vois tout de suite le port qui fait face à la Rambla. Immédiatement, je me replonge dans les découvertes de cette ville fascinante où j’ai découvert, pour la première fois, les olives farcies aux anchois et la sangria !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à l'infolettre

Le meilleur de notre contenu écrit et et vidéo, nos promotions, nos événements & ateliers.

La marque de référence indépendante qui donne une voix aux passagers de croisières !