Chanter pour voyager

Il y a une multitude d’emplois dont nous n’entendons presque jamais parler. Le mien par exemple: je suis Guest Entertainer sur les navires de croisière. Peut-être vous demandez-vous ce que c’est un Guest Entertainer? En français, je traduirais ça par « Artiste Invité ».

©Marie-Claude Dequoy

Prendre le chemin nécessaire

Nous sommes nombreux à voyager d’un navire à l’autre, avec notre spectacle dans nos valises. Il y a des magiciens, des musiciens classiques, des jongleurs, des humoristes, des chanteurs, etc. Je suis donc invité sur un navire pour y présenter un ou deux spectacles d’une durée de 45 minutes chacun. Mais comment j’en suis arrivé là? La réponse est simple et le chemin pour y arriver l’est presque tout autant.

Il faut dire que c’est loin de ce que me suggérait le test d’orientation quand je l’avais fait au secondaire pendant mon cours de choix de carrière! Médecin, ingénieur ou encore plombier, c’était ça mes résultats… D’ailleurs le métier d’Artiste Invité ne figurait pas parmi les choix de carrières possibles, pour qui que ce soit de toute façon.

En réalité, j’avais plusieurs rêves, mais deux me tenaient plus à cœur que les autres. Je rêvais de faire le tour du monde et de chanter devant un public. Facile hein !

Je ne connaissais rien du monde de la croisière, sauf cette émission de télévision un peu cocasse que j’aimais beaucoup regarder dans mon enfance et tout au long de mon adolescence – La fameuse série « La croisière s’amuse » (The Love Boat v.a.). Le synopsis était simple, les gens partaient en croisière, certains pour y trouver l’amour, d’autres pour le réanimer. Mais ce qui était mis de l’avant par la production était un équipage hyper sympathique, attentionné et surtout souriant. Mes épisodes préférés étaient, comme vous pouvez vous l’imaginer, ceux où l’on pouvait voir un humoriste, une chanteuse ou encore mieux, un duo présenter un court numéro. Passionné par cette émission, je croyais par contre que c’était tout inventé, que ça n’existait qu’à la télévision puisque jusqu’à ma vingtaine, je n’avais jamais vu de navires de croisières en vrai devant moi. Comment aurais-je pu même juste m’imaginer qu’à bord des navires, se trouvait une vraie salle de spectacle.

Quand tout a commencé

Parallèlement à mes études au CEGEP, je prenais des cours de chant. Après ma graduation, j’ai commencé à auditionner pour diverses productions ici au Québec. J’ai décroché un rôle dans la première production de « The Elvis Story ». Un premier rêve se réalisait, maintenant il restait celui de voyager… Comme j’y pensais et y travaillais fort tous les jours, les événements se sont succédé.  C’est finalement par l’entremise d’une annonce dans un journal que j’ai pris connaissance des possibilités qu’offrent les croisières. J’ai su qu’une compagnie de production de spectacles sur les navires venait à Montréal pour y faire passer des auditions. Sans hésitation, j’ai préparé mes partitions de musique et je m’y suis présenté. Le résultat n’était pas celui escompté puisque je n’ai pas été choisi, mais l’idée a commencé à germer dans ma tête! J’avais découvert qu’il était possible de chanter sur les navires et, par conséquent, de voyager par la même occasion ! Le monde s’ouvrait enfin à moi après toutes ces années !

Découvrant maintenant sur mon chemin d’infinies possibilités, j’ai cherché comment faire pour y accéder. J’ai épluché les journaux, les pages jaunes, etc. Puis, je suis tombé sur une agence de placement pour des artistes sur les navires. Eh oui, ça existe! Finalement, c’est avec eux que j’ai trouvé mon premier contrat. La compagnie avait tout organisé : un commis m’avait envoyé les documents nécessaires, mon contrat, mes billets d’avion. Il ne me restait qu’à faire mes valises et monter un spectacle. Ok, là c’est à ce moment que j’ai réalisé l’ampleur de ce qu’est un Guest Entertainer : on monte ça comment un spectacle de 45 minutes pour une clientèle qu’on ne connaît pas? L’agence m’a beaucoup aidé en me mettant en contact direct avec le PDG de la compagnie. Suite à nos échanges où j’ai eu la chance de poser  des questions concernant la clientèle, l’âge, les nationalités, etc., j’ai réussi à créer un spectacle de musiques variées qui je le croyais, plairait aux passagers.  C’est donc le 26 décembre 1998 que je m’envolais vers Tampa en Floride et de là, après un trajet de 45 minutes en taxi, j’arrivais à Port Manatee, un port commercial. À l’époque, j’étais impressionné par la grandeur du MV Regal Empress. Aujourd’hui, après en avoir vu bien d’autres, je réalise à quel point il était petit ce navire.

Carte postale que les passagers recevaient dans la cabine

Malgré le stress, l’excitation était au maximum quand j’ai mis les pieds sur le navire pour la première fois. Je n’arrivais pas à croire que ce que je vivais était comme dans la série télé. Ce petit navire de 700 passagers ressemblait au « Love Boat », toutefois, sans être vraiment tout à fait pareil. Il avait ces airs d’antan avec sa bibliothèque aux murs couverts de chêne, sa table recouverte de cuir et son lustre en cristal. La salle à dîner avait beaucoup de laiton poli et des miroirs cuivrés, souvenirs d’une époque plus somptueuse. La salle de cabaret comptait 500 places.

Une fois ma première journée à bord passée, j’ai rencontré l’équipe avec qui j’allais passer les prochains quatre mois. J’avais en main mes partitions de musique et je croyais être prêt! C’est à ce moment que j’ai eu droit à quelques surprises:

  • J’ai appris que j’étais « cruise staff with a show »… en termes plus clairs, j’étais préposé aux activités sociales et je présentais mon spectacle une fois par croisière.
  • Il n’y avait pas de musiciens pour m’accompagner alors je devais avoir des bandes sonores, le problème c’est que je n’en avais absolument pas.

Comme je suis un homme de solution, j’y arriverais quand même! La première surprise fut réglée avec un de mes collègues, lui aussi québécois d’ailleurs, qui m’a enseigné le job de « cruise staff ». La deuxième surprise a vite trouvé une solution puisque le soir, dans le bar, un duo jouait de la musique. Ils ne pouvaient pas faire le spectacle avec moi, car on travaillait aux mêmes heures. Par contre, une des musiciennes du duo créait des bandes sonores, elle a donc assuré la composition d’une dizaine de bandes sonores, ce qui m’a permis de faire mon spectacle. Sachez que les gens qui travaillent sur les navires sont souvent très généreux de leur temps et riches en ressources, c’est remarquable.

Au final, c’est pendant ces quelques années passées sur le MV Regal Empress que j’ai vraiment appris le métier pour ensuite me diriger vers les plus grandes compagnies de croisières. Aujourd’hui, le Regal Empress n’est plus en activité puisqu’il a été démantelé après une longue carrière de plus de 55 ans à naviguer sous divers noms. 1993–2009 : MS Regal Empress[1] ). Et moi, en 21 ans, j’ai travaillé sur plusieurs compagnies reconnues, telles que Holland America Line, Norwegian Cruise line, Celebrity Cruises, Royal Caribbean International, Regent Seven Seas Cruises, Seabourn, SilversSea Cruises, Princess Cruises… et ça continue! J’ai très hâte de vous rencontrer sur les flots, on prendra un mojito ensemble

Découvrez aussi

navire_croisiere

Le CDC lève son ordonnance de non-navigation et dévoile le nouveau protocole sous conditions

Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis n’a pas prolongé l’ordonnance d’interdiction des croisières, le fameux « No Sail Order », en vigueur jusqu’au 31 octobre aux États-Unis. En fait, il a plutôt présenté une ordonnance qui permettra une reprise graduelle des croisières, mais sous plusieurs conditions sanitaires et de nombreuses exigences très strictes dans les eaux américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à l'infolettre

Le meilleur de notre contenu écrit et et vidéo, nos promotions, nos événements & ateliers.

La marque de référence indépendante qui donne une voix aux passagers de croisières !